Ness

http://mespetiteslectures.blogvie.com/

Que dire à propos de moi… pas grand chose sinon que j’ai toujours été une dévoreuse de livres et que depuis quelques années, j’ai la chance d’avoir fait de cette passion un métier.

Cinq histoires du corps des Marines

Gallimard

19,30
par
26 janvier 2012

A tombeau ouvert regroupe 5 nouvelles écrites par Styron à des époques différentes mais ayant toutes en commun d'aborder son passage dans l'armée et ses débuts en tant qu'écrivain. La première nouvelle fait toutefois exception puisqu'il ne parle pas de lui. Ce sont bien plus que des nouvelles pour certaines qui auraient pu constituer des débuts de romans et s'imbriquent presque les unes dans les autres.

Les cinq nouvelles sont de qualités égales (ce qui est souvent rare dans les recueils de nouvelles). Toutes reviennent sur le traumatisme qu'a été pour l'auteur son appel à deux reprises sous les drapeaux et l'impact que cela à pu avoir par la suite sur ses romans.

A noter tout de même une petite frustration à la fin de certaines nouvelles dont notamment la première Blankenship ou l'on sent la montée d'une atmosphère et d'une tension qui s'achève bien trop brutalement.

poésie

La Passe du vent

10,00
par
23 décembre 2011

Dans ce magnifique poème en trois parties, Fabienne Swiatly plonge le lecteur dans les méandres de l'esprit d'une femme sur le point de se faire avorter.
Ce n'est pas thème facile que l'auteur aborde ici mais elle le fait tout en finesse. On ne réalise de quoi il est question vraiment que dans les derniers vers. Une justesse de ton et des mots choisis pour un très beau poème.

Je suis définitivement « fan » de cet auteur que j'avais découvert avec une Femme allemande.

par
22 décembre 2011

En entamant la lecture de ce nouvel ouvrage d'Arnaud Cathrine, je m'attendais à tout sauf à l'inventaire des 6 livres qui ont marqué sa vie. Un peu surprise au départ, je me suis ensuite laissé porter par ses différentes analyses. Pour certains livres, j'ai partagé son opinion et pour la plupart des autres je me suis contentée de les découvrir.

Une fois terminée la lecture, on a qu'une envie : courir à la bibliothèque pour voir si les ouvrages cités sont dispo ou pas. Et bien c'est ce que j'ai fait notamment pour Franckie Adams qui m'attend pour les vacances !

Après ça, une autre envie émerge, celle de dresser sa propre liste et là c'est le trou noir (en tout cas pour moi...). Quels sont les livres qui m'ont marqué au point parfois d'influencer ma vie ? Même après réflexion je ne saurai répondre à ça, il y en a tellement.

J'aime quand les lecteurs en conduisent à d'autres et je ne peux donc que le conseiller au plus grand nombre.

par
16 décembre 2011

J'ai très peu de choses à dire sur ce petit livre qui m'a à la fois émue et peinée. Un petit livre qui est en fait une lettre ouverte à cet enfant que l'auteur n'a jamais eu et qu'elle n'a jamais souhaité avoir malgré les demandes répétées de son compagnon.

Ce texte m'a ému tout d'abord parce que Linda Lê ose dire tout fort ce que beaucoup pense toute bas. Elle est honnête sur elle-même et sur les raisons qui l'on poussé à ne pas concevoir d'enfants : enfance difficile avec une mère tyrannique (Big Mother), un certain égoïsme revendiqué et tout simplement l'envie de ne pas avoir d'enfant.

Si je ne conçois pas ma vie sans enfant (bien que pour le moment se soit le cas, monsieur n'étant pas encore décidé), je comprend très bien qu'on puisse ne pas souhaiter en avoir. Mais ce qui m'a gêné c'est cette façon de remettre quelque peu en question le désir des autres d'en avoir.

Et puis j'ai été un peu peiné pour elle car au final qu'à t-elle de plus que nous ?

Liana Levi

12,00
par
28 novembre 2011

Marcus et Jane, couple de la classe moyenne américaine, ont une vie bien rangée qui laisse peu de place à l’imprévu jusqu’au jour ou Marcus refuse de suivre la délocalisation de son usine de jouet en Chine. Commence alors une longue période de chômage et d’accumulation de dettes. Ils leur faut à tout prix trouver de nouvelles ressources pour sortir la tête de l’eau. Cette opportunité va se présenter sous les traits d’une blanchisserie pas comme les autres.
Avec beaucoup d’humour, l’auteur montre du doigt la société américaine. L’appât de l’argent peut transformer même les familles les plus banales. Mais un peu comme pour les films, on trouve ici un happy end qui fait sourire tant cela paraît grotesque.
Un très bon roman que j’ai savouré avec beaucoup de plaisir. Certaines scènes sont vraiment des moments cultes et je me ferai un grand plaisir de découvrir les romans précédents de cet auteur qui m’a toujours tenté mais que je n’ai jamais pris le temps de lire.