Manifeste pour une politique des rythmes
EAN13
9782889153503
ISBN
978-2-88915-350-3
Éditeur
Presses polytechniques et universitaires romandes
Date de publication
Collection
Savoir Suisse
Nombre de pages
168
Dimensions
21 x 15 x 1 cm
Poids
492 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Manifeste pour une politique des rythmes

Illustrations de

Presses polytechniques et universitaires romandes

Savoir Suisse

Offres

L'ouvrage est un plaidoyer pour l'étude et la prise en compte du caractère fondamentalement polyrythmique des sociétés contemporaines. Le poète Octavio Paz a indiqué le niveau de l'enjeu : « Le rythme n'est pas une mesure : c'est une vision du monde ». Placer de la sorte la question des rythmes au cœur de nos efforts de connaissance permet de penser à nouveaux frais les grands enjeux politiques d'émancipation et de domination, de différences et de commun qui mobilisent les sciences sociales et plus largement le modèle de société que nous souhaitons. C'est tout le sens de ce « manifeste pour une politique des rythmes », projet collectif qui est né de la nécessité de dire l'espace et le temps, du besoin de trouver d'autres concepts pour prendre la mesure des mondes en mutation rapide et de l'envie d'imaginer d'autres voies pour ouvrir les possibles. Confrontées aux formes contemporaines de saturations, individus, collectifs organisations et territoires ont besoin de retrouver un nouveau souffle, de respirer.Les auteurs font le pari du rythme pour dépasser les approches dichotomiques accélération-ralentissement, aller du statique au dynamique, mêler mesure et expérience, ajoutant aux régularités les mouvements spontanés, les aléas, la désorganisation et le désordre.Ils explorent cette notion heuristique à partir d'une approche « indisciplinaire ». À la suite de Benveniste, ils sont repartis du sens premier de rhuthmos « manière de fluer », dépassant la seule approche « métrique » pour intégrer la forme et l'expérience. Ensemble et à différentes échelles, ils ont exploré la tension entre le singulier et le collectif, le chemin qui mène de l'expérience à la mesure, la part fondamentalement spatiale et territoriale du temps et les dynamiques temporelles des formes spatiales.Forts de cette expérience, ils formulent les grandes lignes d'une « politique des rythmes », ouvrant la réflexion vers de nouvelles formes de composition, entre émancipation « idiorrythmique », recherche d'« eurythmie » et tentatives de constitution d'un monde en commun. Ils esquissent les enjeux, les principes et les objets d'une politique permettant d'observer, de comprendre et de soutenir le vivant.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Christian Lutz