• 1
  • 2

Glénat BD

12,75

Un Petit Nicolas version trash !

Voici la réédition d’une des premières œuvres de Reiser, parue dans les pages du journal "Hara Kiri" entre 1961 et 1970 : Mon Papa, ou la vie d’un gosse maltraité et de son père, alcoolique au chômage…  Évidemment, rien n’est épargné aux personnages, et du coup, au lecteur ! Contrairement à d’autres albums plus liés à l’actualité de l’époque de parution, celui-ci est intemporel, par le thème abordé. Il est même très probable qu’aujourd’hui, personne n’oserait écrire des planches d’un tel niveau d’humour noir ! Le dessin de Reiser est ici plus dépouillé, proche de celui de Sempé.

Reiser se fait bête et méchant, mais c’est bien sûr pour mieux faire exploser à la figure de ses lecteurs la cruauté qui frappe les moins chanceux...


18,95

Entendant ce titre, Hara-Kiri, ils s'étaient reconnus, ils étaient accourus, tous : Bernier que nous allions bientôt sacrer " Choron ", bousculant la coutume qui veut que les rues tiennent leur nom des hommes et non l'inverse (*) , Fred, Gébé, Cabu, Wolinski, Reiser, Topor, Siné, Hopf, Fournier, Willem, Copi, Romain Bouteille, Coluche, Sternberg... La bande sacrée.
N'attendez pas trente ans. Allez-y. Ils sont là, il vous tendent les bras.


Le Livre de poche

7,70

Même que sa boîte noire - pour ce qui est de ses souvenirs de gosse entre six et seize ans - est pleine de choses drôles, émouvantes, débordantes d'affection et de joie. Y a-t-il un livre sur l'enfance qui sonne plus vrai que celui-ci ?
Bernard Pivot, Lire.

Enfin, il y a, tout au long de ces pages, le ton de Cavanna. Les lecteurs de Charlie Hebdo le reconnaîtront, bien sûr, mais ils seront peut-être surpris d'y découvrir tant de tendresse. Avec le contrepoint d'une musique mélancolique aux histoires les plus hilarantes, et des échos burlesques aux histoires les plus poignantes.
Rosa Laisné, L'Express.

Cavanna, avec son ton familier de baratineur, nous dépeint ses jeunes années d'une façon décousue, se rappelant en vrac les meilleurs moments de son existence d'avant seize ans, à une époque plutôt joyeuse malgré la guerre qui pointe à l'horizon.
Jean-Claude Lamy, France-Soir.


4,70



« Ce nouveau spectacle, d’une facture un peu moins sophistiquée que le premier afin d’être compréhensible à l’entendement des plus cons, se composera d’une série de vrais sketches avec des vrais morceaux de bravoure entiers dedans reliés entre eux par une bassesse d’inspiration qui volera au-dessous de la ceinture du moindre nain. »

Pierre Desproges



La Comédie-Française a donné carte blanche à Christian Gonon pour jouer, lors d’une représentation exceptionnelle, un choix de textes de Pierre Desproges. Le succès du spectacle fut tel qu’il a été repris en tournée, notamment au Théâtre du Vieux-Colombier.


12,75

On a tous envie de s'en prendre à son prochain : parce qu'il est con, envahissant, stupide… Et puis surtout parce qu'on ne le comprend pas toujours. Reiser lui aussi les trouve souvent nuls, ses contemporains, mais il les comprend plutôt bien. Et au contraire de ses personnages qui se crient dessus ou se font des coups en douce, lui en fait des dessins. Des dessins pas bêtes ni méchants mais plutôt tendres et intelligents, et qui servent à défouler et faire réagir. Outre des planches de BD, cet album recueille des illustrations de ce spécialiste du trait qui fait mouche, toutes publiées dans "Hara Kiri".

  • 1
  • 2