Les interdits de Cabu, 265 dessins...

265 dessins...

Glénat


Dessins cruels

Cabu

Cherche Midi

13,80

Cabu s'amuse de tout. Du président de la République récemment élu, de sa politique incertaine, de son Premier ministre, de sa Première dame, de ses escapades amoureuses.


Et il continue joyeusement avec l'opposition de droite, le Front national d'extrême droite, les intégristes religieux de tous poils.


Cabu n'épargne personne, c'est pour ça qu'il est drôlement cruel.


Cabu - New York

Les Arènes

29,90

New York

New Cabu

Pour Cabu, le dessinateur préféré des Français, New York est « un pays de cocagne pour un caricaturiste... C'est plein de caricatures ici : les gratte-ciels, les gros, les flics, les traders, les évangélistes, les sportifs,... » Après plusieurs séjours ces deux dernières années et une bonne vingtaine de carnets de croquis, ce talentueux « saute-crayon » nous offre un fabuleux kaléidoscope de la vie new-yorkaise, pétillant, grouillant, vivifiant où son humour, son esprit satirique et sa poésie s'expriment en toute profonde humanité. Comme jamais.


L'intégrale Beauf

Cabu

Michel Lafon

~~Né en 1973 dans les pages de Charlie-Hebdo, le Beauf est au départ l'archétype du Français râleur, raciste, violent, odieux en toutes circonstances. Souvent confronté au Grand Duduche, l'autre personnage incontournable de l'univers de Cabu, il devient le héros récurrent des strips de Cabu dans Le Canard enchaîné et d'innombrables dessins. Inspiré d'un patron de bistrot de sa ville de Chalon-sur-Saône mais aussi de l'ancien maire de Nice, Jacques Médecin, le Beauf de Cabu est chasseur, pilier de bistrot, orateur de bar spécialiste du « yaka-faucon », contremaître dans une usine d'armement, amateur de sport à la télé, obsédé sexuel, réactionnaire par nature… « J'ai réuni en un personnage tout ce qu'on pouvait imaginer de pire », dit Cabu.
Quarante ans après, le Beauf est devenu plus humain, perdu dans un monde de plus en plus complexe, pour lui qui ne cherche que des réponses simples : « Ce qui l'emmerde le plus, c'est qu'il a toujours du mal avec les filles. La plus conne sera toujours moins con qu'un beauf. » Le Beauf est toujours aussi horrible, mais on sent poindre une certaine tendresse de Cabu pour son odieux personnage…

300 pages réunissant strips, BD et dessins d'humour,
ainsi que des crayonnés et beaucoup d'inédits !


Ma Ve République

Hoëbeke

En 1958, Cabu a 20 ans. C'est le début de la Ve République mais aussi pour ce jeune homme de Châlons-sur-Marne le départ pour la guerre d'Algérie. Il en reviendra antimilitariste. Démobilisé, Cabu, grâce au dessinateur Fred, rencontre Cavanna et participe aux débuts de Hara-Kiri en compagnie de Reiser et Topor. Il travaillera ensuite pour de nombreux journaux, mais c'est à Pilote, puis à Charlie-Hebdo et au Canard enchaîné qu'il trouvera la liberté d'expression. Dans cet album, l'auteur retrace son histoire politique de 1958 à 2001, une histoire marquée par les grands événements que le satiriste engagé malmène avec verve mais émaillée aussi de ses coups de coeur, faits divers plus intimes livrant des parcelles d'autobiographie. Ce récit croisé compose en quelque 400 dessins l'album de famille d'une certaine France, un pêle-mêle d'affaires (de Ben Barka à Greenpeace), de conflits sociaux (Lip) et de grands débats (pacifisme, peine de mort, avortement, protection de l'environnement) qui nous renvoient avec humour à nos souvenirs. Ma Ve République ressuscite également une galerie de personnages croqués dans le jus de l'époque, du général de Gaulle à Brigitte Bardot. Au fil de ces portraits, deux Cabu apparaissent, le polémiste qui hache ses victimes dans la plus pure tradition bête et méchante : Jacques Médecin ou Mme Pompidou qui le traîneront devant les tribunaux, et le Cabu tendre et altruiste, fidèle à Charles Trenet, Jacques Tati, Maxime Le Forestier et Coluche, des personnages sur lesquels plane toujours l'ombre bienveillante et dégingandée du Grand Duduche.