En attendant Bojangles

En attendant Bojangles

Olivier Bourdeaut

Finitude

  • 12 octobre 2016

    Envoûtant

    Fable ô combien féérique et irréelle, déposez le vinyle de Nina Simone sur votre platine et abandonnez vous à cette lecture.

    Pour plus de commentaires: www.lmlire.fr


  • 8 août 2016

    Magnifique!

    C'est le livre qu'aurait pu écrire la fille de Scott et Zelda Fitzgerald. Une atmosphère hors du temps, une vie hors du temps, des personnages hors du temps eux aussi et tellement attachants.
    "Amour et fidèlité" est le fil conducteur de ce roman entre deux époux. Lui, envouté par une femme dotée d'une folie douce. Elle, incapable de vivre sans son lui au sens littéral du mot.
    L'histoire est racontée par leur fils d'une manière poétique, nette, empreinte de tristesse et de gaieté malgré la maladie dégénérative de sa mère.
    Un bijou!!


  • 7 juin 2016

    Pour eux, la vie est une fête perpétuelle. Dans leur grand appartement parisien, on rit, on chante, on ripaille, on danse, à toute heure, sous l'oeil curieux de Mademoiselle Superfétatoire, leur animal de compagnie, un grand oiseau exotique. Tous les jours, ils réinventent leur vie, loin de la routine et des contraintes. Les horaires n'existent pas, le courrier n'est jamais ouvert et s'accumule dans l'entrée comme une montagne de papier sur laquelle on peut se jeter sans risquer une blessure. C'est elle qui insuffle cette folie douce dans leur quotidien. Et lui, il suit ce rythme effréné. Pour la satisfaire, il est prêt à tout : l'affubler d'un prénom différent chaque jour, lui offrir un château en Espagne, cesser de travailler pour rester auprès d'elle. Cette passion, son fils la partage. Cette maman hors normes est l'objet de toutes ses attentions, de toute son admiration. Dans sa bulle de fantaisie et d'amour, la petite famille vit hors du temps et du monde, entourée d'amis, au rythme de la voix de Nina Simone et de son Bojangles. Quand la banalité les rattrape, elle prend le visage d'un inspecteur des impôts. Les factures impayées se rappellent à eux. Elle ne supporte pas cette intrusion triviale dans son univers fantasque. Sa folie se teinte de fureur, le rire devient larmes, les médecins s'en mêlent. Alors le père et le fils tentent un coup d'éclat et la famille s'enfuit en Espagne pour retrouver sa fille d'avant l'hôpital psychiatrique, les médicaments, le diagnostic.

    Racontée par un enfant plus mature que ses parents loufoques, cette histoire n'a pas la force des chefs-d'oeuvre de Boris Vian auxquels on la compare trop facilement. C'est un récit calibré qui arrache un sourire là où il faut, tire une larme un peu plus loin, fait bien son travail de feel good book pour lecteur en perte de moral dans la grisaille de l'hiver. Mais il est parfois difficile de prendre fait et cause pour ce couple atypique, à la limite de l'égoïsme. La folie est ici hissée au rang d'art de vivre, nourrie par l'amour inconditionnel du mari et du fils. Bien sûr, l'histoire n'échappe pas à la tristesse mais la fantaisie reste tapie dans l'ombre. Tout est toujours prétexte à l'extravagance...
    On peut comprendre l'engouement des lecteurs pour cette ode à l'amour fou, racontée comme un conte merveilleux. Il faudrait être de marbre pour ne pas fondre devant ce petit garçon émerveillé par ses parents, devant cet homme si profondément amoureux, devant cette femme qui a réussi l'exploit de se jouer de son mental défaillant... Mais c'est trop léger, trop déjanté peut-être pour marquer durablement la mémoire. Une petite fantaisie, agréable, sans plus.


  • par (Libraire)
    1 juin 2016

    Cette histoire est celle d’un fils émerveillé par le couple que forment ses parents dansant sur la chanson « Mister Bojangles » de Nina SIMONE. Dans ce couple, il n’y a de place que pour la fête perpétuelle, le plaisir, la fantaisie et les amis. Ainsi le père s’invente des personnages un peu décalés pour gagner les cœurs de son auditoire comme cet exercice de mythomanie désopilant : j’étais cette fois-ci le fils d’un riche industriel américain qui détenait des usines de construction automobile à DETROIT. J’avais corsé l’affaire en m’affublant d’un autisme profond qui m’avait fait rester muet jusqu’à l’âge de 7 ans. Mais quel fut votre premier mot s’exclama une convive ? PNEU lui répondis-je avec sérieux. Ahhhh, c’est pourquoi vous avez monté des garages !!!!!!!

    Et puis il y a la mère, extravagante, loufoque, imprévisible qui change tout les jours de prénom en fonction du calendrier des saints. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille : Mademoiselle Superfétatoire un grand oiseau exotique ramené de Numidie , Superfétatoire car elle ne sert à rien …….

    Alors le fils est entraîné dans ce tourbillon. A l’école il est obligé de mentir à l’envers car ni la maîtresse, ni ses camarades de classe ne croient en l’histoire de sa vie de famille et, rentré chez lui, il doit mentir à l’endroit. Et comme par ailleurs il est gaucher, il écrit en miroir c'est-à-dire en écriture inversée.

    La mère finit un jour par « dérailler ». La 2ème partie du livre est un peu plus triste mais reste un véritable chant d’amour toujours aussi fou pour que la fête continue coûte que coûte

    Ce livre a été mon super coup de cœur du printemps. J’ai été totalement bluffée. C’est extravagant, inattendu. Un vrai plaisir d’une lecture dans laquelle j’ai chaviré ou mieux chaloupé avec en fonds sonore la musique de tango d’Astor PIAZZOLA et la chanson de Nina SIMONE

    Un premier roman, véritable coup de maître………à lire impérativement


  • par (Libraire)
    28 mai 2016

    En attendant Bojangles, c'est l'histoire d'un couple inconventionnel uni par un amour inconditionnel.
    La folie dicte leur quotidien, et ce n'est pas pour déplaire à leur fils, jeune narrateur du roman.

    Un roman touchant, rythmé et poétique qui ne manquera pas de vous émouvoir.

    Coup de coeur !


  • par (Libraire)
    24 mai 2016

    En attendant Bojangles

    Une histoire totalement loufoque autour d'une famille en apparence normale, mais qui renferme une folie à faire rire le lecteur. Quoi de plus beau que de regarder ce couple s'aimer si fort et entretenir ensemble cette folie, ou comment parviennent-ils à raconter le désespoir qui les envahit à travers l'humour, la poésie, la musique... Soline, libraire Grangier.


  • par (Libraire)
    21 mai 2016

    Une révélation!

    Une femme fantasque, un homme amoureux fou, un petit garçon émerveillé et une grue exotique nommée Mademoiselle Superfétatoire, laissez-vous emportez par le rythme enjoué de ce roman qui oscille entre rires et larmes,comédie et tragédie.


  • par (Libraire)
    15 avril 2016

    Véritable biblio thérapie !

    Tout le monde a aimé, nous aussi. Décalé et loufoque, tendre et joyeux, drôle et subtil, léger et grave... Et l'on rit et l'on pleure, dans ce premier roman à lire en ces temps sombres comme véritable biblio thérapie !


  • par (Libraire)
    5 avril 2016

    conseillé par Stéphanie

    Ce livre est un tourbillon.
    Perchée sur vos talons, la robe au vent, ou bien cintré dans votre costume sur mesure ; tout en souplesse, vous allez valser, swinger, twister, danser, danser, au son d'une langue pétillante et inventive.
    "L'amour n'a peut-être de raisonnable que sa folie" (Rivarol) : c'est cet amour là qu'évoque Olivier Bourdeaut. Conteur, un peu poète, il nous fait vivre au coeur d'un couple qui s'aime d'une folie douce, parfois furieuse, progressivement inquiétante. Une histoire vue à travers les yeux enchantés d'un enfant, fruit de cet amour.
    On quitte ce roman avec un sentiment de légère tristesse, puis la musique revient et on se sent à nouveau joyeusement ivre!


  • par (Libraire)
    30 mars 2016

    On se régale...

    Notre coup de coeur, comme pour beaucoup certes, mais nous ne pouvions pas passer à côté de ce premier roman original, étonnant et tellement émouvant.
    A travers le regard de leur fils, le narrateur nous raconte l'amour fou de ses parents... Amour fou, décalé, tout est complètement dingo dans leur vie; leur animal de compagnie est un oiseau exotique et leur quotidien n'est fait que de plaisirs, de joies simples mais dans lesquels une dose de folie est indispensable... On se régale, on attend le moment où l'écrivain ne va pas tenir jusqu'au bout, et, il réussit l'exploit avec une délicatesse et une sensibilité "folles" elles aussi.... C'est simple, enchanteur, magique... Une pépite sans doute... A ne pas rater, ce serait vraiment dommage... Et, une jolie idée pour la fête des mères (ok, on a le temps), mais l'amour fou, c'est rare, non ?


  • par (Libraire)
    22 mars 2016

    Jetez-vous corps et âme dans ce roman !

    Une magnifique histoire d'amour servie par des personnages hauts en couleur !
    Un véritable coup de maître ...
    Une magie à la Boris vian !
    A DECOUVRIR !!
    A LIRE !!
    A RELIRE !!!!


  • Fable extravagante, drôle et bouleversante

    Devenu homme, mais néanmoins resté un grand enfant, le fils se souvient de façon toujours aussi émerveillé, de ses parents qui dansaient sur MR BOJANGLES de NINA SIMONE. Ils s’aimaient passionnément, d’une façon magique, vertigineuse, vivant dans un monde parallèle ou il n’y a place que pour le plaisir. Adeptes du vouvoiement, ils se donnaient en permanence des prénoms imaginaires, délaissaient leurs courriers et n’ouvraient pas aux huissiers. Chaque jour était une fête nouvelle. Celle qui mène le bal, c’est la mère, imprévisible, extravagante : elle n’a de cesse de les entrainer dans un tourbillon de chimères et de poésie. Un jour, elle décide de donner au fils unique une manière de grande sœur : Mlle Superfétatoire, belle grue de Numidie qui dormait debout et ne détestait pas apparaître dans les mondanités.
    Puis vint le jour : la mère fantasque alla trop loin ; elle sortait à poil dans la rue, elle fut internée en psychiatrie lourde. Le père et le fils vont l’exfiltrer le temps d’une dernière illusion.
    Ce roman est rempli d’énergie et nous emporte dans un tourbillon de fantaisie. Il est envoutant, touchant et déstabilisant. On est séduit par ces personnages totalement décalés hors du temps qui nous embarquent dans un univers fantasque, ou les chimères et la poésie prennent le pas sur la réalité. Fable extravagante, drôle et bouleversante, ce roman ne peut laisser indifférent, il y a du Boris Vian chez cet auteur dont c’est le 1er roman.


  • par (Libraire)
    11 mars 2016

    L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom... Un roman solaire à déguster sans modération !
    Céline


  • par (Libraire)
    11 mars 2016

    Dans cette famille atypique, la routine n'existe pas. On change de prénom tous les jours, on danse en buvant des cocktails, on rit et surtout on s'aime. Tout le reste n'a aucune importance ! Un roman qui fait du bien, des personnages attachants et une douce mélodie qui résonnera longtemps à vos oreilles.


  • par (Libraire)
    8 mars 2016

    "L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom"

    Un couple excentrique qui se joue de tous les codes de la société, une vie à 100 à l’heure où seuls plaisir et joie de vivre ont voix au chapitre, un enfant ébahi et ivre d’être…Le tableau serait parfait si l’excentricité ne cachait pas une bonne dose de folie.
    Souvent comparé à Boris Vian, Olivier Bourdeaut signe un premier roman enjoué et tragique, solaire et musical. Une de ces musiques qui n’a pas fini de raisonner dans la tête du lecteur… Superbe !


  • par (Libraire)
    4 mars 2016

    de l'amour, de la folie et de la grâce

    Et bien non, les romans d'amour n'ont pas tous l'arrière-goût de la guimauve!
    "En attendant Bojangles" est l'histoire d'un amour fou, entre psychiatrie, fantaisie insolente et beauté déjantée.
    Un livre d'une étonnante justesse, porté par la grâce de bout en bout.


  • par (Libraire)
    23 février 2016

    Les parents du jeune narrateur forment un couple fusionnel, et pour cause : ils se sont bien trouvés, chacun cultivant un goût immodéré pour l'originalité et les idées fantasques. Nous avons le plaisir de partager le quotidien de cette petite famille délurée. Oui mais seulement voilà : jusqu'où ces êtres singuliers  développeront-il leur grain de folie? Y-a-t-il une limite à ne pas dépasser ? Un univers poétique emprunt d'humour et d'émotions, un petit bijou qui se lit d'une traite.


  • par (Libraire)
    18 février 2016

    Souffle de vie

    Du haut de ses 5 ans, le petit narrateur raconte l’histoire d’amour de ses parents. Le roman est bercé par la musique de Nina Simone sur laquelle ses parents dansent en permanence.
    Leur vie est extravagante, ils la prennent avec légèreté. Ils ont même adopté un oiseau exotique qu’ils ont appelé Mademoiselle Superfétatoire.
    Jusqu’à quel point, leur insouciance pourra-t-elle tenir ?
    Avec une écriture imaginative, Olivier Bourdeaut signe un premier roman détonnant, une bouffée d’air frais.


  • par (Libraire)
    17 février 2016

    Dans la vie de notre petit narrateur, il y a son père, espèce de dandy, fan de cocktails, il y a sa mère danseuse invétérée à l’imagination débordante et Mademoiselle Superfétatoire, l'animal de compagnie de la maison qui n'est autre qu'un perroquet.
    Dans cette vie de famille un peu particulière, tous les jours sont des surprises, le temps passe au rythme des chansons, dans une fête continue. De ce trio familial incongru mais terriblement attachant on retient ce duo, hors du commun que forme les parents. Amoureux passionnés vivant dans un coup de foudre perpétuel, c'est bien l'histoire de cet amour unique et éternel qui nous est compté.
    Un livre drôle, subtil qui se lit avec le sourire aux lèvres. Un hymne d'amour à la famille qui nous rappelle forcément la nôtre. Un délice de petits détails loufoques qui nous délecte jusqu'au final d'une telle poésie. Une véritable réussite.


  • 16 février 2016

    amour, folie

    Malgré le fait que j’ai trouvé le personnage du narrateur peu crédible sur la fin (il grandit en âge et il reste pourtant naïf), j’ai aimé ce couple étrange qui peut s’offrir des fêtes et des rires comme on en rêve.

    Il n’y a pas de quotidien, jamais de routine. Avec eux, Paris est une fête.

    Et la fin, bien sûr, si belle, et qui nous laisse orphelin.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de Mademoiselle Superfétatoire, ce grand oiseau exotique qui fait partie de la famille.

    http://alexmotamots.wordpress.com/2016/02/16/en-attendant-bojangles-olivier-bourdeaut


  • par (Libraire)
    15 février 2016

    Lire en attendant Bojangles c'est entrer dans un univers baigné de musique et de danse. C'est suivre une famille iconoclaste et attachante. C'est découvrir une écriture concise à l'humour grinçant. C'est surtout vivre un beau moment de littérature.


  • par (Libraire)
    12 février 2016

    On aime... roman !

    Ça, c'est ce qu'on appelle un beau petit texte !
    Un premier roman à découvrir !


  • par (Libraire)
    9 février 2016

    Un petit bijou d'amour

    Un jeune garçon est spectateur de l'amour fou de ses parents qui dansent indéfiniment sur un air de Nina Simone Mr Bojangles.
    Dès les premières pages, on est happé par le style jubilatoire et poétique à la fois.
    Puis, l'histoire de cet amour extrême, fantasque et extravagant provoque un tourbillon d'émotions qui ne peut laisser indifférent.


  • 5 février 2016

    Le titre du roman fait référence à une chanson de Nina Simone, qui a une place importante dans l'histoire. Histoire racontée d'abord à hauteur d'enfant, le petit narrateur nous entraîne dans une enfance apparemment idyllique. Un père qui embellit en permanence le quotidien de ses fabuleux mensonges, une mère hautement fantaisiste qui n'aime que danser, s'amuser, inventer, entourée d'une multitude d'amis. C'est la fête tout le temps dans un grand appartement parisien ou un château en Espagne.
    Assez vite, arrivent en contrepoint des extraits du journal du père qui ramène à la réalité nettement moins rose. Sous les bulles de champagne rôde une menace sournoise qui prendra de plus en plus forme, donnant de l'épaisseur aux personnages et laissant pressentir un drame.
    J'ai énormément aimé l'impression de montagne russe entre la drôlerie du récit du petit garçon et le désarroi de plus en plus criant du père. On a en permanence une envie de fou-rire et la gorge serrée en comprenant ce qu'il y a derrière. Et il y a tellement d'amour entre eux, amour qui les fera aller loin pour continuer à être ensemble.
    Les personnages secondaires ne sont pas négligés non plus, il faut faire connaissance avec "Mademoiselle Superfétatoire" et "L'Ordure"?.

    Une très jolie surprise de cette rentrée. Malgré le drame qui couve, on en garde surtout une impression de charme et de bonheur.


  • par (Libraire)
    4 février 2016

    Parce qu'un roman peut être une vague de bonheur

    Ce premier roman est d’une fantaisie étourdissante. Vous souhaitiez commencer l’année de la plus belle des manières : faite vous accompagner par ce premier roman qui vous enveloppera qui vous amusera, vous surprendra, vous bouleversera.


  • par (Libraire)
    2 février 2016

    Vous allez adorer!

    Un jeune garçon nous entraîne dans une danse infernale, dans une aventure extravagante en nous racontant l’histoire de ses parents. Une histoire d’amour fou qui nous mène jusqu’à la folie de ce couple hors du commun qui propose à leur fils une vie bien différente de celle de ses autres camarades.

    Un livre plein de vie, plein de folie, plein de rires et de larmes.

    Marie Nawrot


  • par (Libraire)
    1 février 2016

    Voici un premier roman absolument bouleversant. Court mais efficace, amusant et dramatique, original, déjanté et extravagant, il est d'une puissance inégalable.

    Emprunt de malice et de naïveté, un enfant nous raconte l'enfance heureuse et décalée qu'il a vécue entouré de ses parents aussi fous amoureux l'un de l'autre que farfelus. On a l'impression d'évoluer dans un vaste cirque où tout est joie, rire et amusement jusqu'à un basculement un beau jour. Drame non anodin venant d'une mère aimante mais totalement instable...Leur vie de famille prend alors un nouveau tournant.

    D'une écriture extraordinaire, pleine de jeux de mots et de curiosités, l'auteur nous touche avec cette histoire dure et tendre à la fois. Amour, danse, musique et folie constituent le cocktail explosif de ce roman. On sourit, on s'étonne, on pleure...beaucoup d'émotions en perspective.


  • 31 janvier 2016

    Tendre est la folie

    Il fallait bien pour nous consoler un peu des drames de la fin d’année qu’apparaisse dans le paysage littéraire de cette rentrée de janvier ce livre-surprise dont tout le monde parle et qui visiblement fait l’unanimité : lecteurs, libraires et media réunis. Ce « feel good book » comme les appellent les Anglo-saxons est d’ores et déjà promis à une best-sellerisation garantie car tous les ingrédients d’un large succès sont là. Il n’était même pas encore sorti en France qu’il était déjà vendu dans sept pays et ce n’est qu’un début. Par ailleurs, ce qui ne peut être qu’un indéniable atout, c’est que ce primo romancier de 36 ans, n’est pas sans rappeler par son charme, l’auteur suisse à succès Joël Dicker. Il devrait comme ce dernier porter haut et fort les couleurs de ce roman familial « very full sentimental ». On imagine déjà qu’en mars prochain il y aura foule pour sa signature au Salon du livre de Paris rebaptisé « Livre Paris ». Et c’est tant mieux tout cela, parce que ce premier roman un peu dingo et profondément extravagant parvient avec délicatesse à toucher toutes les cordes sensibles du lecteur en le faisant passer sans crier gare du rire aux larmes avec élégance et une confondante simplicité.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    25 janvier 2016

    Grain de folie

    Ils se sont rencontrés lors d'une soirée. Elle l'a immédiatement séduit et il n'a eu de cesse que de céder à ses moindre désirs, à faire de leur vie une grande fête.
    C'est un couple fantasque et extravagant. Tous deux croquent la vie en veillant à conserver précieusement ce grain de folie.
    A la naissance de leur fils, il a arrêté de travailler afin de pouvoir garder un œil sur l'enfant et sur la maman. Il sait depuis toujours que tout peut basculer.
    Ce magnifique roman touche un sujet lourd et grave, la folie, sans pour autant tomber dans le sordide. Chaque événement y est traité avec beaucoup de poésie.
    Un grand bravo à son auteur et un immense merci pour le moment magique qu'il m'a fait passer!


  • 23 janvier 2016

    Un livre à ne pas manquer, un auteur à suivre !

    Ce texte émouvant nous emporte dans un tourbillon, une valse rythmée par la voix de Nina Simone, et l'univers de Fitzgerald.


  • par (Libraire)
    20 janvier 2016

    Coup de cœur de Camille, librairie Charlemagne, Toulon

    Ce premier roman est une fantaisie étourdissante. Vous souhaitiez commencer l’année de la plus belle des manières ?
    Faites- vous accompagner par ce roman qui vous enveloppera, qui vous amusera, vous surprendra, vous bouleversera.


  • par (Libraire)
    15 janvier 2016

    Une petite pépite!!!

    Venez rencontrer cette famille de doux dingues et laissez vous emporter par les pas de danse de nos héros si attachants!!!


  • par (Libraire)
    14 janvier 2016

    Coup de coeur de Rémi

    Une très belle découverte des éditions Finitude. Un roman très beau, délicat et barbouillé à la fois, autour d'un couple s'aimant d'un amour fou, et de leur enfant, témoin émerveillé.

    Entre Boris Vian et Scott Fitzgerald, avec une mélancolie douce et un grain de folie revendiqué, voila un roman délicat et touchant pour (c'est nécessaire) "botter le cul de la raison" !

    A déguster....


  • 13 janvier 2016

    Coup de coeur de Laurence

    La fête, les amis, les abus, les excès, c'est ce qui compte dans cette drôle de famille autour de laquelle rôde la folie.

    En sourdine, Nina Simone accompagne les moments les plus drôles comme les plus tristes.

    Beau roman.

    Laurence


  • par (Libraire)
    12 janvier 2016

    Ceci est un roman d'amour et ça n'est pas si courant au fond, heureux qui plus est... entre mari et femme : là, on tient une rareté ! Il faut ajouter à cette histoire du bonheur conjugal une drôlerie et une émotion communicatives.
    Cet amour fou se vit au premier et au second sens du terme, à travers les yeux du fils, pris dans le tourbillon d'une vie rêvée et extravagante. Quand la réalité, les responsabilités sont fuis, la fête un continuum effréné, l'hilarité touche au tragique d'une faille secrète.
    Ecrit avec une grande légèreté, ce premier roman sur les grands thèmes de l'amour et la folie est une complète réussite.


  • par (Libraire)
    12 janvier 2016

    Un fils raconte l’amour fou de ses parents. Sa mère, personnage hors normes qui ne supporte aucune contrainte et son père qui fait tout, et même plus, pour le bonheur sa femme.
    Ce roman est un petit bijou de tendresse, de folie et surtout un hymne à l’amour. Une belle découverte et un très joli coup de cœur dans cette rentrée de janvier.
    Valérie


  • 8 janvier 2016

    Coup de coeur littérature française

    Un premier roman qui chatouille votre émotivité : ou comment avoir immense sourire en même temps qu'une larme coule sur votre joue. Mais c'est l'effet « Bojangles », cette chanson de Nina Simone sur laquelle ce couple improbable et doucement fou danse sous les yeux rêveurs et admiratifs de leur fils. Une folie douce, oui, mais qui deviendra folie tout court voir folie pure pour la mère, entraînant dans son sillage le reste du trio.
    Le roman alterne narration de l'histoire par le fils, et carnets intimes du père. Les deux dans un style tendre, faussement naïf, aussi imaginatif que le gamin de Jonathan Safran Foer dans "Extrêmement fort et incroyablement près". Un roman cocon, où on a envie de se laisser bercer au son d'un « slow des sentiments »...


  • par (Libraire)
    1 janvier 2016

    Coup de coeur de Rémi

    Une petite famille, pas du tout DU TOUT comme les autres. La mère, folle à lier, délicieusement et tragiquement dingue, et le père, fou d'elle comme elle de lui, et surtout tout deux fêtards, poètes, fantasques, et amoureux de la vie.

    Leur folie douce et fantaisiste se passe autour de leur fils, témoin complice de cette fête permanente, lui-même porté par l'amour grandiose que lui voue ses parents.

    Une pépite de cette rentrée de Janvier, qui "botte le cul de la raison" avec talent, sensibilité, tendresse, justesse et poésie, nous menant des rires aux larmes, de l'émerveillement à la tragédie.