Neverwhere

N. Gaiman

J'ai Lu

  • Conseillé par (Libraire)
    24 mars 2022

    L’histoire est celle de Richard, londonien tout ce qu’il y a de plus normal : travail de bureau, fiancée un tantinet dirigiste, humble appartement. Jusqu’au jour où il se heurte en pleine rue à Porte, une jeune fille blessée, seule rescapée de sa famille qui vient d’être brutalement assassinée, et qu’il décide de lui apporter son aide. Des choses étranges se produisent alors : son entourage semble oublier jusqu’à son existence, il se retrouve poursuivi par deux tueurs qui cherchent Porte, et il découvre, sous Londres, un monde peuplé de vagabonds qui parlent aux rats et de toute une société magique. Parce qu’il espère que cela l’aidera à retrouver son ancienne vie, il se lance dans une quête pour aider Porte à retrouver les assassins de son père.

    Neverwhere a tout d’abord été une série, éditée par la BBC en 1996, dont le tournage a été jugé bien trop frustrant pour Gaiman : entre détails impossibles à inclure et déviations du scénario, il a donc décidé d’en faire un roman, qui sortira la même année que la série.

    Et il aurait été dommage de passer à côté de l’imagination prolifique de l’auteur ! Le monde du « Londres d’en bas » est très réussi : il est peuplé de personnages hauts en couleurs, en partie liés au métro de Londres et aux noms de ses stations (il y a réellement des moines à la station Blackfriars ; on trouve un ange du nom d’Islington dans le quartier The Angel du district d’Islington…) ; un mystérieux « Marché flottant » y est régulièrement organisé dans des lieux improbables – par exemple au sein même de l’abbaye de Westminster. Vandemar et Croup, les deux tueurs aux trousses de Richard et Porte, ont quelque chose de burtonien dans leur attitude cruelle jusqu’à l’absurde qui les rendrait presque sympathiques.

    S’il est un voyage extrêmement plaisant, Neverwhere est également une certaine critique de la société : après tout, les mendiants sont tout simplement invisibles aux yeux des gens du « Londres d’en-haut ». Richard est un homme ordinaire, voire ennuyeux, et s’il semble tout d’abord un peu amorphe aux yeux du lecteur, il trouvera finalement davantage sa place dans cet univers où l’ennui d’une vie normale n’a pas lieu d’être. Neverwhere est une réussite à tous points de vue : dans l’univers foisonnant qu’il propose, dans la réflexion qu’il nous amène à faire à propos de nos vies. Enfin, il fut l’un des premiers livres de fantasy urbaine traduit en France, en 1998, et continue à se vendre régulièrement – une référence dans ce domaine qui, 24 ans plus tard, n’a pas pris une ride.


  • Conseillé par
    12 mai 2011

    Roman d’aventure, fantastique, social… Un style qui n’appartient qu’à lui. C’est génial.